ACCUEIL

 

 

L'éc(h)o des hortillonnages ...

Avec cette nouvelle page, nous souhaitons porter à la connaissance des usagers des hortillonnages les informations portant sur la gestion du site..

.

 

On trouvera ci-dessous les comptes-rendus des dernières délibérations de l'Association Syndicale des Canaux d'Hortillonnages chargée de l'entretien de nos hortillonnages (pour les parties la concernant)...

 



 

 

Des remous dans nos rieux...

Au terme de chaque année, nous notons une progression exponentielle des passages en barques au coeur du site, rompant ainsi la quiétude des lieux et générant des nuisances parmi lesquelles une accélération de l'érosion des berges...

 

Les propriétaires privés des parcelles - majoritaires dans le site - s'élèvent contre le développement anarchique des prestataires tant associatifs que privés qui multiplient les offres de promenades en barque. Cette pratique lucrative se développe en l'absence de toute réglementation et sans le moindre cadrage, sans le moindre agrément et, qui plus est, sans la moindre concertation et l'assentiment des principaux concernés, à savoir les propriétaires des parcelles qui en subissent les nuisances...

 

Faut-il rappeler ici que nos hortillonnages constituent un espace majoritairement privé : plus d’un millier de petits propriétaires qui, pour une grande partie d’entre eux, accèdent à leurs parcelles grâce à une servitude publique permettant une circulation libre sur les rieux déclarés « publics » depuis le décret ministériel de 1902 (héritage des mesures prises pour assurer l’entretien et la sauvegarde du site occupé alors exclusivement par la communauté des hortillons ; un texte non abrogé).

 

La libre circulation à l’intérieur du site a permis, de fait, le développement anarchique énoncé plus haut. Si on ne peut nier que la promotion touristique du site a été la principale motivation d’une association telle que celle qui intervient à la Maison des hortillonnages depuis 1975 (1), soutenue d’ailleurs par les collectivités locales, on peut s’interroger sur la motivation des autres prestataires, notamment privés.

Par ailleurs, force est de constater que l’expansion du projet « Art, ville et paysage » initié en 2010 par la Maison de la Culture d’Amiens (aujourd’hui géré par une association) dont on ne peut nier l’intérêt culturel et promotionnel, soulève de vives réactions de la part des propriétaires concernés par l’extension du parcours.

 

 

à suivre

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

(1) Le président de l’association de sauvegarde n’a de cesse de rappeler que le circuit proposé depuis des années est strictement défini et limité dans l’espace (on peut supposer que les propriétaires concernés par ce circuit aient été consultés). Par ailleurs, nous notons qu’une partie des recettes de cette association est réinvestie dans la prise en charge des travaux, comme la réfection de berges à la demande de ses adhérents, et facturés à prix coûtant…

 

Documents

Pour en savoir plus : Se reporter à nos pages : "Une vallée idéale",  " Label Ramsar"