Assemblées générales

 

Point info sur nos hortillonnages…

 

 

 

Les principales associations impliquées dans la promotion et la sauvegarde de nos hortillonnages ont tenu leur assemblée générale.                                   .
Comme chaque année, face à leurs adhérents (plusieurs centaines), leurs présidents ont dressé un bilan guère réjouissant des menaces récurrentes pesant sur le site : vols et vandalisme, incivilités, décharges sauvages, mais également endommagement des berges par la circulation d’embarcations mal maîtrisées ou par la prolifération de rongeurs comme le rat musqué (en l’absence de piégeage), absence d’entretien de certaines voies d’eau, encombrées par ailleurs par nombre d’épaves (non immatriculées !) qui empêchent la libre circulation dans le site par les usagers, encombrement du chemin de halage dont la fréquentation est régulièrement perturbée par les voitures et les deux roues, etc.

Les associations s’inquiètent également de la surfréquentation de certains secteurs du site, comme à l’Ile aux Fagots le temps d’un festival, et de la multiplication des prestataires de service au cœur du site. Elles s’interrogent sur les lacunes constatées au niveau de la gestion d’un site certes complexe et vulnérable, en regrettant l’absence d’un véritable référent au sein des différentes collectivités locales et territoriales concernées auprès duquel elles pourraient se rapprocher.

Cette année, les associations ont manifesté tout particulièrement leurs plus vives inquiétudes sur l’interruption des travaux de curage et de faucardement des rieux (soumis à une servitude publique).

Rappelons que la collectivité territoriale « Amiens-Métropole » s’était substituée jusque là à la « Commission Goût », (du nom du président bénévole) chargé d’encadrer de tels travaux, conformément aux objectifs énoncés dans un décret ministériel datant de 1902.

Amiens-Métropole ne serait plus, depuis le 1er janvier 2018, le prestataire désigné pour effectuer ces travaux d’intérêt général, et ce, suite à une lecture (restrictive ?) de la loi « Gémapi » (Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations) (1)

Est-il besoin de rappeler l’importance de la gestion de l’eau au sein des hortillonnages ? L’interrelation des canaux avec la Somme, puis l’Avre, est telle que toute variation de son niveau a systématiquement des répercussions sur celui des eaux dans les hortillonnages. L’entretien de ces canaux sera une préoccupation constante au fil des siècles.

Au cours des assemblées générales, il a également été beaucoup question de la « Charte » (la nouvelle, celle de 2013 !), sorte de code de bonne conduite approuvé par une vingtaine de signataires, apparemment concernés à des titres divers par la gestion du site.

Une charte restée confidentielle et qui semble avoir jusque là ignorer les 1200 propriétaires de parcelles. Peut-on rappeler ici que la meilleure garantie pour assurer la  sauvegarde de nos hortillonnages reste la présence de ces centaines de propriétaires. Leur départ entraînerait, avec le retour aux friches et le comblement des fossés privatifs, la disparition d’un des éléments parmi les plus originaux de notre patrimoine culturel et historique !

 

 

B. Bréart (12 février 2018)

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

(1)   Pour plus de détails, on pourra consulter ci-dessous le dossier que nous consacré à ce sujet 

 


L'entretien des hortillonnages... Une réforme qui s'enlise