Panneau: L'entretien

 

Les 65 kilomètres de canaux et plus de 100 kilomètres de rives des Hortillonnages sont un véritable défi en matière d’entretien : la frontière entre terre et eau est toujours difficile à maintenir.

Certaines berges sont confortées par des planches, des tôles, etc., car sans protection, elles s’érodent, contribuant à remplir les canaux de sédiments et de débris. En l’absence d’entretien, les terrains disparaissent sous les eaux, les canaux s’envasent et le site redevient marais.

Traditionnellement, les hortillons réalisaient des travaux à l’automne. A l’aide d’une « drague à main » (pelle coudée), ils curaient rieux et fossés. Une partie de la vase extraite était plaquée sur les berges pour, une fois durcie, les conforter. L’autre partie, était étalée sur le terrain pour le rehausser.

Avant la révolution française, les moines de Saint-Acheul assujettissaient les hortillons à curer et à faucarder (couper les plantes aquatiques) les cours d’eau. Ensuite, les propriétaires ont pris en charge l’entretien des fossés et des étangs, et ils ont été regroupés en association syndicale pour assurer celui des rieux (canaux d’usage public). Aujourd’hui, ces travaux sont réalisés mécaniquement, au moyen de petites grues montées sur un ponton flottant.

 

(Source: Amiens-Métropole)