Panneau: La borne de Camon

 

Sur la rive opposée s’élevait dans le passé une colonne que l’on appelait la « borne de Camon ».

D’origine romaine, son fût de marbre des Pyrénées était jaspé de rose, de blanc, de jaune et de gris bleu. Elle doit sa renommée tout autant de sa valeur esthétique que de son origine mystérieuse. Elle proviendrait d’un palais ou d’un temple de l’époque romaine. Serait-elle l’un des (rares) témoignages de la magnificence de Samarobriva gallo-romaine, antique cité d’Amiens ?

Jusqu’en 1856, la borne se trouvait à l’extrémité du chemin de la Voirie qui correspond aujourd’hui à la rue Voyelle.

Elle marquait la limite entre Amiens et Camon et surtout, était le lieu d’embarquement pour le bac, seul moyen à l’époque de traverser le fleuve. Au XVIIIème siècle, à proximité, se trouvait la « maison du passager » ou « du passeur », proposé à la manœuvre des embarcations.

En 1856, le bac fut remplacé par le pont en fer actuel appel é « Pont de la Borne » en souvenir de la Borne de Camon. A cette occasion, la colonne de marbre fut déplacée et se trouve aujourd’hui au Musée de Picardie.

 

(Source: Amiens-Métropole)